Médias
16 janvier 2017

Antoine Frérot participait samedi au Forum organisé par Libération sur les enjeux de l’eau, intitulé : « Quand l’Eau révèle le Monde »

Samedi 14 janvier, le quotidien Libération réunissait experts, politiques, entrepreneurs et citoyens pour débattre des enjeux liés à l’eau : gouvernance, innovation, géopolitique et protection de l’environnement. Antoine Frérot, le Président-directeur général de Veolia, a participé à la première table ronde : « L’eau, un bien comme les autres ? ». Ont débattu à ses côtés : le député Michel Lesage, rapporteur de la proposition de loi pour un droit humain à l’eau potable et à l’assainissement, Marie Tsanga Tabi, chercheuse à l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (IRSTEA) et Yannick Jadot, candidat EELV* à l'élection présidentielle 2017.

 
Antoine Frérot participait samedi au Forum organisé par Libération sur les enjeux de l’eau, intitulé : « Quand l’Eau révèle le Monde »
« En tant que bien commun, d’intérêt collectif, de service public […], l’eau doit en conséquence être gérée avec une exigence de solidarité, de justice sociale, de responsabilité » a expliqué Marie Tsanga Tabi en ouverture de débat, rappelant ainsi le statut particulier de l’eau.

Chacun des acteurs a une responsabilité dans la mise en place d’un service de l’eau accessible à tous, selon la chercheuse à l’IRSTEA : « le politique garant de l’intérêt général, le gestionnaire, et les ménages ».
 

Distinguer eau et service d’eau

Si Antoine Frérot a confirmé que l’eau naturelle est un bien commun gratuit et accessible à tous, il a souligné qu’en revanche « la rendre potable, l’acheminer et la traiter après usage est un service qui a un coût ». « Veolia apporte son savoir-faire, sa technologie et son efficacité et dispose d’un effet d’échelle conséquent grâce à ses activités auprès de 10 000 villes dans le monde ».

Et il a ensuite précisé : « Déterminer à qui il appartient de payer ce coût n’est pas de la compétence des gestionnaires du service d’eau : c’est à la puissance publique de fixer le cadre, les entreprises quant à elles – publiques ou privées – exécutent le service » .
 

Rendre l'eau potable accessible à tous

L’État, les collectivités territoriales et les opérateurs ont inventé et mettent en œuvre des solutions pour rendre l'eau potable accessible à tous. Ils ont déployé des mécanismes de solidarité, comme des tarifs sociaux pour la fourniture d’eau correspondant aux besoins de base, et des systèmes d’aide directe pour les familles les plus modestes. « C’est par des mesures préventives et d’urgence, par une maîtrise efficace des coûts et par l’innovation que l’on peut rendre l’eau accessible à tous », a ajouté Antoine Frérot.
 

L’eau, une question de gouvernance ?

La question du coût de l’eau a ensuite été développée par le parlementaire Michel Lesage, à travers la question suivante : Comment mettre en œuvre le droit humain à l’eau, déclaré par l’Organisation des Nations Unies en 2010, et figurant dans la loi française, sans instaurer des mesures contraignantes pour en assurer l’accès à tous ? Il a alors évoqué la question de la gouvernance qui lui paraît primordiale pour relever tous les défis de l’eau : conflits d’usage, pollution, accès pour tous. Et regretté que les politiques ne se saisissent pas plus de ce sujet.
 

Lutter contre les pollutions de l’eau

Yannick Jadot a pour sa part soulevé le problème de la qualité de l’eau, soulignant que « la question de la quantité d’eau consommée est rattrapée par le problème de sa qualité ». En effet, les ménages consomment de moins en moins d’eau mais les pollutions qu’elle subit dans son état naturel vont croissant.
 
Ce débat a été suivi de trois autres, traitant successivement des questions de l’innovation dans la gestion de l’eau, de l’eau comme arme géopolitique et des conséquences du changement climatique sur l’eau, et notamment les océans.

En savoir plus :

► Retrouvez les comptes-rendus des débats sur la page dédiée au Forum sur le site de Libération :
​► ​L'Eau autrement dans un monde qui change


________________________
Europe Ecologie les Verts