Médias
8 mars 2017

Jennifer, technicienne eau potable chez Veolia

Depuis 10 ans, Jennifer est en charge de bon fonctionnement du réseau d’eau potable à Metz. Elle mène à bien ses missions au sein d’une équipe composée majoritairement…d’hommes.

 
Jennifer, technicienne eau potable

À la Mosellane des Eaux, une filiale de Veolia à Metz, Jennifer oriente et coordonne la recherche des fuites sur le réseau d’eau potable. Un travail d’équipe dans un environnement très masculin, au sein duquel Jennifer se sent parfaitement à l’aise.

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, célébrée ce 08 mars, Jennifer nous explique son métier et ses ressentis : découvrez ci-dessous son témoignage.

Quel est votre parcours et en quoi consiste exactement votre mission ?
 
Jennifer, technicienne eau potable à Metz
Je suis entrée chez Veolia en 2004 à l’usine de production d’eau potable de la Ville de Metz. Puis, il y a une dizaine d’années, on m’a proposé de prendre en charge plusieurs missions sur le réseau d’eau potable, dont la recherche de fuites, qui occupe aujourd’hui 70 % de mon temps de travail.
Mes missions consistent à orienter le travail de recherche de fuites, à suivre quotidiennement les volumes et à gérer l’organisation du réseau, dans la perspective de diminuer au maximum les pertes en eau potable.

De quels outils disposez-vous, comment s’organise votre travail ?

Grâce notamment aux capteurs de bruit (les « oreilles »), qui enregistrent les bruits nocturnes du réseau, notre investigation est mieux et plus rapidement ciblée. Mais les  passants ou habitants sont aussi de très bons alliés pour nous informer d’une fuite visible : nous l’avons d’ailleurs expérimenté en début d’année lors des périodes de gel et de dégel. Pour effectuer l’ensemble de mes tâches, je suis en lien avec une vingtaine de collaborateurs de la Mosellane des Eaux qui travaillent sur le réseau, mais également des interlocuteurs de mairies,  de syndicats des eaux ou de communautés de communes.

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre métier ?

J’ai la fierté de travailler sur une ressource rare qu’il faut économiser. Il est vrai que mon métier est très spécifique et qu’il m’est parfois difficile de le faire comprendre à l’extérieur, mais je m’emploie en permanence à convaincre que l’eau du robinet est potable En ce qui me concerne, cette envie de travailler dans l’eau remonte à très loin. C'est une visite aux égouts de Paris en classe de 3ème qui m’a donné ce déclic et m’a plus tard orientée vers le BTS Gestion & Maîtrise de l’Eau. Le réseau est quelque chose de vivant et aucune journée ne ressemble à une autre. Et j’apprécie également beaucoup le travail en équipe.

Etre une femme à ce poste, est-ce un atout ou une difficulté ?

Je dirais…les deux ! A mes débuts, lorsque j’avais des clients au téléphone, ils demandaient toujours à être rappelé par…le technicien, alors que le technicien, c’était moi ! Dans les métiers techniques, les clichés sont solides… Et puis, au fil du temps, les choses ont évolué et, grâce à mon caractère, je me suis affirmée. Dans mon équipe, j’ai toujours été entourée d’hommes, une position que j’ai transformée en atout, en essayant d’être toujours plus efficace, plus minutieuse et plus organisée. Mais cette ambiance de travail ne m’a jamais posé de problème. Au contraire, je trouve que les relations de travail sont franches et directes, et cela me convient tout à fait.

_____________

Aller plus loin : 

► News : Journée internationale des droits des femmes : Veolia s’engage à plus d'équité homme/femme et à lutter contre le sexisme